Catalogue des albums / singles

Maladalité

Maladalité

Année Titre de l’album 
1972 Ghalo Ghalo
1974 Nkéré
1974 Nandipo
1975 Likwala
1976 Afrika Obota
1976 Ndandaye
1977 Ewawa
1978 Olando
1978 Eseringila
1978 Afrika Salalo
1979 Elowè
1979 Owèndè
1980 Mengo
    – Ndjuke
1981 Isamu y’apili
1982 Awana w’Afrika
1983 Mando
1984 Réveil de l’Afrique
1986 Sarraounia
1986 Piroguier
1986 Ka’ bo
1987 Passé composé
1988 Espoir à Soweto
1989 Quête de la liberté
1990 Silence
1993 Lambarena Bach to Africa
1995 Maladalité
1996 Carrefour Rio
2000 Obakadences
2004 Ekunda-Sah
2005 Mandji 2005
2006 Gorée
2008 Vérités d’Afrique
2010 Mondjo
2010 Mandji Ebwé
2011 Dyawo
2013 Destinée
2016 Libérée la liberté
2017 Gabon, éveil de la conscience patriotique
2018 Gabon libéré
2018 La couleur de l’Afrique

1. Maladalité

Yèn’igamba n’antso mó
Yóg’igamba n’aroyi mó
nun’anango n’ompobo wó
Ogwana ezómbóló e dyombuna kaw’okuw’iwó mè
Ndo g’emènó lwana awè re dyèna awè re dyógó awè re kamba
Banda aw’akoto no maladalité, maladalité
Maladalité (4 fois)
Maladalité, kwe ate ngè na ngè (bis)
O ! O !
Africa ye ! iye ! iye !
Maladalité ngwe (4 fois)
Maladalité, kwe ate ngè na ngè (bis)
O ! O ! …

Pour être toi-même, vis avec tes propres yeux,
Entends avec tes propres oreilles
Sens avec tes propres narines.
Ta bouche est un balai
Qui ne nettoie que ton propre corps.
Cependant la vie est telle qu’il vaut mieux
déclarer n’avoir rien vu, rien entendu,
rien senti, sinon l’on tombe dans la Maladalité,
la Madalité.
La Maladalité n’est-elle qu’un état d’âme passager
Ou bien au contraire une vision séculaire du mal être ?
N’est-elle que la négativité ?

En cours de traitement…

 

2. Eau Claire

Alumu a bèh le sighi
Eluma n’angomoh a bèh le
Bêri bissi Okoroville
Ma ka duma bissi m’etima ni
Gñah bissi ostima tsuh yia
Agñuru a dumi nkumbu salala, Eau Claire!

O ! Eau Claire ! Ongw’oyembo we (bis)
Oyembo w’ayembo myè vikilie
Oyembo mè wó, okuw’iwami we dyir’ikolo ! Iyo!
Emènó nw’onaga re k’onóngó
Dyawo Eau Claire, nènó no vèyi
Ge kèndo n’oma, e pa myo,
N’egaregare z’at’oma! O! Okuw’ikololo! Iyo!

Refrain :
Eau Claire! Iyoooooooooo !
O iyo iyo, ohiyo iyo,oh iyo iyo,oh iyio iyo,oh iyo iyo, iyo !

O ! Eau Claire! ongwe ngóma we (bis)
Ngóma y’awolo my vikilie
Ngóma mè yó,okuw ‘iwami we dyir’ikololo ! iyo !
Emènó nw’onaga re k’onóngó
Dyawo Eau Claire, nènó no vèyi
Ge kèndo n’oma, e pa myo
N’egaregare z’at’oma! O ! Okuw’ikololo! lyo!

Refrain:
Eau Claire! Iyoooo
Ohiyo iyo, ohiyo iyo,ohiyo iyo,ohiyio iyo,ohiyo iyo, iyo!

O ! Eau Claire! ongw’ilanga we
Eau Claire ongw’ilanga
Ilanga y’azoko myè vikilie
Ilanga mè yó, okuw’iwami we dyir’ikololo ! Iyo !

Vos chants, les percussions et les tam-tams
Que vous avez joués pour nous à Okoroville
Resteront à jamais gravés dans nos cœurs.
Le souvenir de ce jour-là fait frémir nos corps.
Ah, Eau Claire ! …
Eau Claire, ta chanson !
Eau Claire, ta chanson !
La chanson que tu m’as chantée,
Quand j’y pense aujourd’hui,
Tout mon corps est parcouru de frissons : Okuw’ikololo !

Refrain :
Quelle chose étrange que le destin humain !
Hier encore à Eau Claire, aujourd’hui ici ;
Où me porteront mes pas demain ?
Et à présent comment me situer dans l’espace et le temps ?
Okuw’ikololo !

Eau Claire, ton Tam-tam !
Le tam-tam que tu as joué pour moi,
Quand j’y pense, tout mon corps est parcouru de frissons : Okuw’ikololo !
Eau Claire, tes cris de joie !
Eau Claire, tes cris de joie !
Eau Claire, les cris de joie qui ont jailli des poitrines ce jour-là
Quand j’y pense aujourd’hui,
tout mon corps est parcouru de frissons : Okuw’ikololo !

En cours de traitement…

 

3. Ndyelee

– A Ndyelee !
– Wo !
– Awè we ?
– Myè winó !

Ref : Ndyelee, Ndyelee, Ndyelee, Ndyelee, Ndyelee
Ndyelee, Ndyelee, Ndyelee Ndyelee ooo ! …

Ndyelee awè wó we kènda
Ndyelee g’inóng’ingani
Ndyelee iye ! Ndyelee o !
Ndyelee o ! o ! o !
A pwa g’inkani
Ndyelee !
Kawo myè ni Ndyelee y’ami
Ndyelee !
Dyó myè nè ogèndó
Ndyelee !
Ndyelee nè Oviro
Ndyelee !
Nègiza nègiza Ndyelee !
Ndyelee !
Edingiza n’ogwana
Ndyelee !
A mye ovavando
Ndyelee o ! o ! o !
Mbwe ogèndó ola ?
Mbwe okili ola ?
Mbwe olingo ola ?
– A Ndyelee !
– Wo !
– Awè we ?
– Myè winó !

Ref : Ndyelee, Ndyelee, Ndyelee, Ndyelee, Ndyelee
Ndyelee, Ndyelee, Ndyelee ooo ! …

Ndyelee, awa fala myè anka
Ndyelee, g’elumb’egnele
Ndyelee iyè ! Ndyelee iyo !
Ndyelee o o o !
Gènda n’alèmbè
Ndyelee
G’inóng’ingani
Ndyelee !
Vung’intcho go ntye
Ndyelee
Tapè re imóndó
Ndyelee
Yinda n’alwani
Ndyelee
W’amyeni areno
Ndyelee
W’ayiya ovavando
Ndyelee
Mbwe ogèndó ola ?
Mbwe okili ola ?
Mbwe olingo ola ?
– Liano g’onendja nènó
– A ! mwo-ng’iyó !
Ndyelee, Ndyelee, …
Ndyelee awè wó we kènda
Ndyelee a mwo-ngwè ibanga wo
Ndyelee, Ndyelee, Ndyelee, …
Mbwe ogèndó ola ?
Mbwe okili ola ?
Mbwe olingo ola ?
A ngozo e mènga n’esal’izè
Ndyelee, Ndyelee, Ndyelee, …
Swaka ndèngi
W’ariga myè
Myè re we dyolie
Ezele …

Dialogue :
– Ndyelee ! Où es-tu ?
– Hein ? Je suis là !
– NDYELEE, te voilà sur le départ pour l’étranger
NDYELEE, ô NDYELEE !
– NDYELEE, de tous les instants, de toutes les épreuves, ma seule compagne, même dans la douleur et la maladie, je m’en souviens. Tenez, par exemple, quand je lui disais : « Partons ! », elle répliquait tout aussitôt : « Suis-moi ! ». Et quand il m’arrivait de lui dire : « Hâte-toi NDYELEE ! », son intuition devançait toujours mes pensées, et elle agissait avant même que je n’aie fini de parler. Elle ne connaissait pas la vanité.
NDYELEE, ô NDYELEE, est-ce bien loin, là où tu vas ? Le chemin est-il long ? Combien de temps faut-il pour y arriver ?

– Ndyelee ! Où es-tu ?
– Quoi ? Je suis là !
– NDYELEE, voilà que tu m’abandonnes ! à l’instar de NYELEE l’antilope d’eau, je vivrai comme en prison dans mon gîte douillet.
Solitude ! NDYELEE, ô NDYELEE, prends garde à toi là où tu vas, à l’étranger !
Regarde bien où tu poses le pied, pour éviter les pièges.
Recherche l’amitié de ceux qui t’accueillent. Ce sont eux qui connaissent tous les raccourcis.
Ne te laisse pas tenter par la vanité. NDYELEE, ô NDYELEE, est-ce bien loin, là où tu vas ? Le chemin est-il long ? Combien de temps faut-il pour y arriver ?
Dialogue : Si nous sommes séparés aujourd’hui, c’est de la faute de tes parents !
– Non ! Des tiens !
– Non ! Des tiens !
– Des tiens !
– Des tiens !

NDYELEE, te voilà sur le départ pour l’étranger !
NDYELEE, petite sœur, adieu ! NDYELEE, ô NDYELEE
Dialogue : Eh oui ! C’est comme ça !
– Aaah … Que n’ai-je su plus tôt que ce sont leurs plumes de derrière qui font voyager les perroquets ! …
– Eh oui ! Ce sont mes plumes de derrière ! …

En cours de traitement…

 

4. R’ragnambié

1. A ! Kwè ! Kwè !
My’ególani z’ande ?
Ngomyè! sówa sówa!
Gawo gawo Ra !

2. A ! Kwè ! Kwè !
Yinó ndwani nde e e?
Ngomyè! sówa sówa !
Dudu dudu ka wo Ra ?

Ndo my’iwówu, Ra !
Ra e djena so du,
Ra prier,
Oh! Oh!

3. A ! Kwè ! Kwè !
My’ awe pèny’amori go ntye.
Ngomyè ! sówa sówa,
Si ntye e nyale.

4. O ! ngomyè ! O ngomyè !
Apekwè dadiè n’amóri
Pasizapa.
Ngomyè sówa sówa,
W’epang’oma kè.

Ndo myè mpoge,
Ra e dyógó so du,
Ra, prier, Oh ! Oh !

5. A! Kwè! Kwè !
Ra ga vó re baru.

A te kwè ! Kwè !
Ra, inin’irevo.

6. O ngomyè! Ngomyè!
Orèm’iwami sile dengo.
A te kwè kwè!
Wekelyo!

Refrain
Ndo m’ imamu,
Ra, e kambino,
Ra, prier, Oh ! Oh !
R’Anyambyè !

– Ah ! Pauvre de moi! De qui suis-je le reflet ?
– Arrête de te lamenter, tu as été créé à l’image de Dieu.
– Ah ! Pauvre de moi! Vivre sans vivre!
– Arrête de te lamenter, tout vient de Dieu.
– Comment cela est-il possible, car je suis aveugle, alors que Dieu voit tout, absolument tout?
– Ah! Pauvre de moi! Moi qui ne suis venu sur cette terre que pour accompagner les autres!
– Arrête de te lamenter. Les choses de la terre?
Pure vanité …
– Ah! Pauvre de moi! Je suis si différent des autres!
C’est étrange …
– Arrête de te lamenter! Différent, tu n’en es pas moins homme,
créé à l’image de Dieu.
– Comment cela est-il possible, car je suis sourd, alors que Dieu, lui, entend tout, absolument tout?
_ Ah! Pauvre de moi! Et dire que pendant ce temps-là, Dieu est tranquillement assis, bien peinard!
– Assez! Dieu est pur esprit!
_ Ah! pauvre de moi! On ne trouve pas souvent un cœur aussi patient que le mien … C’est rare!
– Assez parlé! Aie la foi!
– Comment cela est-il possible, car je suis muet, alors que Dieu, Lui,
doit être glorifié par le verbe?
– (Ensemble) : « Dieu ».

En cours de traitement…

 

5. Y’a Pas Ça Sans Ça

En cours de traitement…

En cours de traitement…

En cours de traitement…

 

6. Ghetaabee

Ghetaabe alo ! (bis)
Mbuku ! orang’onome
Kawo m’asiwe Tando
Tatata ni mbol’omwanto
Ekandingè nè : « Na gwe, wa-wè ? »
– Um! Mi kènde Tando
Tando ediwanongo
Ge suka ni ntye
Go kómbana ni Ta Ghetaabe, Tata Ghetaabe
Anka go Tando
Ayè myè mpèmba rè, rè, rè
Ampundjina, pu !
« Awè kènda ni mpemba. Awè figna ni mpemba, mbamb’iyami »
Myè wó nora nora
Sumbu ngèzè n’epuka
S’intchunu (bis)
Impolo, ndjógu igonda ni gnuma
Ingnango, ifuru
Azumu manè myè aviagane :
« Vó zwè kana, kane mpónó, mpónó yi Tando »
Myè kè yele
Soso vika
Ngóri dale dale

Dale, dale, dale, dale, dale
Ngóri dale dale, dale, dale, dale,…

Myè zima
Ge panga myè ndego n’ogoni go be nunguna myè igówi
No tchu ! tchu ! tchu !
Ozómbi w’azunu kè vèlè vèlè
Mi pyagana
Ndo go boso, relanganu, okóg’ompolo
We re tatata n’orowa
A ! igamba gn’atanga gn’ande gninó !

Ghetaabe alo !
Um ! opiko we bena
Kukuku!
Osondji kè bombologo
Osondji n’okóga kè piè piè piè
Gi be suza viè viè viè
Gi be suza wo
Kondè osondji
N’emam’evolo
G’okili wo Tando
Mama yi Tando
No w’osondji
Osondji: « Zuza! »
– E!
Osondji: « Zuza! »
– A wawè, riga riga
Osondji: « Zuza! »
– Riga! Wali suze. Riga! Myè rang’okóga
Wali suze
Iviaka gni nkónó, okóga wa dimbani
Galo omwan’omwanto ombya
Ogègèni ni mbami, Nkombe ni nkóri
Ina : Nkèngwè !
E !
Igneme kungulugu !
Omwana kè bómbólógó
Omwan’onome
Be dyano myè, o ngwe!
G’okil’o Tando
Gi kómbana ni Ta Ghetaabe
Ogèndó wa gèndo myè
G’okil’o Tando
Soso vika
Ngóri dale dale

Dale, dale, dale, dale, dale
Ngóri dale dale, dale, dale, dale,…

Myè omwana badi
Ntyug’otani
Wumbia, liwa wani
Eliwa z’ampina n’eliwa z’onèmbè
Omwana w’ayano myè nè :
« Tata ! Eliwa z’ampina … »
Myè tabu g’eliwa z’ampina
Galo yalala
Suku, Tata Ghetaabe
No sambaliano (bis) gnong’otani
No ge be tew’ido g’omwandja-mwandja myè bumbulu
Myè gèlagèle
Myè re anka nkye
Soso vika ngóri dale dale
Dale, dale, dale, dale, dale
Ngóri dale dale, dale, dale, dale,…
Soso vika Soso vika ka vikaka Soso vika Soso vika ka tombuaka Soso vika Soso vika Ka ka vika vikié…

Ghetaabee allo ! … Allo !
Tant pis, advienne que pourra !
Devant son silence, je dois me rendre coûte que coûte à Tando
Mais à peine me suis-je engagé dans le chemin de Tando
Que je trouve face à face avec une aïeule,
Et la vieille dame de m’interroger, subjuguée :
– Où vas-tu donc bambin ?
– Moi ! Je vais à Tando, la grande cité aux mille clameurs
Où flottent des drapeaux sans nombre, Tando, à l’autre bout du monde. Je vais à le recherche de Tata Ghetaabee, qui y est allé seul, tout seul, voilà bien longtemps déjà.
Sans plus attendre, l’aïeule saisit ma main droite et à l’aide du kaolin elle trace une raie blanche le long de mon bras, puis elle accomplit le même rituel sur mon bras gauche.
Ensuite ayant emprisonné mes deux mains sous ses aisselles, elle dit ces quelques mots :
– « Mes vœux t’accompagnent ! Puisses-tu revenir ! »
Pour finir, elle souffle dans mes mains, « Pouh ! », qu’elle lâche ensuite résolument.
Me voici en marche vers Tando, je marche à grands pas, je suis pressé, très pressé. Tout à coup devant moi et perte de vue le pays des fourmis géantes ! Oui des fourmis géantes, elles sont sans nombre, de toutes les formes, de toutes les tailles, de toutes les couleurs : les plus grosses ressemblent à des rhinocéros et les plus petites à des fourous. Dès qu’elles m’aperçoivent, ces bêtes
terrifiantes, en rangs serrés, s’avancent, menaçantes, et en chœur, m’interdisent d’emprunter leur territoire pour me rendre à Tando :
« Tu veux te rendre à Tando, dis-tu ! Eh bien tu ne passeras pas car l’accès à Tando est fermé à tout étranger ! ».
Me voici désorienté, seul, tout seul, comme vaincu tête basse, habité par mille pensées.
Au bout de ma réflexion je décide de faire alliance avec le feu pour combattre les fourmis géantes, et Tchou ! Tchou ! Tchou ! en un clin d’œil, toute la tribu des fourmis géantes est décimée. Gaillardement, je poursuis ma route vers Tando.
Soudain en travers du chemin un arbre mort, si énorme que sa masse tutoie la voûte céleste.
Etrange affaire ! Perplexité …
– Ghetaabee allo ! … Allo !
De rage je me donne des grands coups dans l’abdomen, des coups si violents qu’Osondji sort de mon ventre et tombe par terre en un long : « dyombologo ! »
Osondji passe ensuite à l’action : il enlace le tronc de l’arbre mort, l’étreint fort, très fort, toujours plus fort. Osondji est un guerrier redoutable sur la route de Tando, je l’exhorte au combat :
– « Vas-y, Osondji ! De toutes tes forces serre, serre toujours plus fort cet arbre mort qui me barre le chemin » ; mais ce faisant, une voix :
– « Eh !
– Vas-y, Osondji encore plus fort !
– Arrête jeune homme ! Arrête jeune homme !
– Encore plus fort, encore plus fort !
– Je te supplie d’arrêter ! Arrête ne te fie pas aux apparences, je ne suis pas un arbre mort. Arrête sinon je vais mourir ! », fait la voix haletante.
L’instant d’après l’arbre a disparu, et à la place une fée d’une incomparable beauté, une très belle et ravissante jeune fille. Sur son front scintille une étoile tandis que le soleil éclaire sa nuque. Son nom, « Nkégwè ». Le reste se passe de commentaires.
Sur le champ, Nkégwè est enceinte et l’enfant naît presqu’aussitôt après.
– Bombologo !
Un petit garçon que je viens d’avoir sur la route de Tando, à la recherche de Tata Ghetaabee, recherche que j’effectuais seul, tout seul comme un vaincu tête basse, habité par mille pensées.
Je prends l’enfant dans mes bras cinq jours durant.
Au bout du cinquième jour s’offrent à ma vue deux étangs : l’un rempli de pus, l’autre rempli de miel.
C’est alors que mon enfant, mon tout petit enfant m’ordonne de plonger dans l’étang de pus. Me souvenant que l’œuf donne conseil à la mère poule qui lui a donné naissance, sans plus hésiter je plonge dans le pus.
Au fond de l’étang une immense clarté, un univers de lumière, et dans cet espace j’aperçois Tata Ghetaabee. Je cours à sa rencontre, je tombe dans ses bras, cinq fois de suite nous nous saluons, nous nous étreignons.
Nous nous étreignions encore quand une pierre lancée par une main anonyme tombe sur le toit.
Je me réveille en sursaut. J’écarquille les yeux, je suis seul, tout seul comme vaincu tête basse habité par mille pensées.
Sosovika.

En cours de traitement…

 

7. Gabon Epambia

Gabon no go nka rérè, epa ambya
Epa ambya
Gabon iwènè gn’obota, epa ambya
Epa ambya
Gabon, Gabon, Gabon epa ambya (2 fois)
Gabon epa ambya (3 fois)

Ranga orèti erene
Gabon epa ambya
Rang’inoka erene
Gabon epa ambya
Range ntye erene
Gabon epa ambya
Rang’erene zi liberté
Gabon e e Gabon e ! e ! aye ! aye !
Gabon epa ambya aye ! aye !
O ! o ! o ! o !

Gabon owendè w’amani, epa ambya
Epa ambya
Oyangayanga n’omedu, epa ambya
Epa ambya
Gabon, Gabon, Gabon epa ambya (2 fois)
Gabon epa ambya (3 fois)

Range ntyre erene
Range igówi erene
Olembiano erene
Rang’erene zi liberté
Gabon e e Gabon e ! e ! aye ! aye !
Gabon epa ambya aye ! aye !
O ! o ! o ! o !

Ranga eranga erene
Rang’ifeva erene
Range nkèngó erene
Rang’erene zi liberté
Gabon e e Gabon e ! e ! aye ! aye !
Gabon epa ambya aye ! aye !
O ! o ! o ! o !

Rang’ikamb’erene
Rang’idyena erene
Rang’emènó erene
Rang’igówi erene
Gabon epa ambya, epambya epambya (2x)

Rang’idyèna erene
Rang’idyandja erene
Rang’inèng’erene
Rang’isósa erene
Rang’itóndo erene
Rang’inumbo erene
Rang’eyale erene
Ewulupupa erene
Rang’inoka erene
Rang’orèti erene
Range ntye erene
Gabon epambya

Rang’itóndo erene
Rang’idyuf’erene
Rang’inumbo erene
Rang’ituwo erene
Range ntyre erene
Rang’isosa erene
Oyènano erene
Gabon epa ambya

Rang’eranga erene
Rang’ifeva erene
Rang’idyomba erene
Rang’inènga erene
Rang’isósa erene
Rang’idyandja erene
Gabon epa ambya…

Le Gabon c’est le village du père
Le Gabon c’est le sein maternel
Gabon ! Gabon !
Car le Gabon n’est pas moitié vérité et moitié mensonge
Pas davantage un pays à moitié
ou bien encore la liberté à moitié
Le Gabon donne du bonheur
Ecoutez chanter les oiseaux de la basse-cour.

Au Gabon, l’oppression a pris fin
Au Gabon la liberté pour tous !
Gabon ! Gabon !
Car le Gabon n’est pas moitié solidarité et
moitié combats
pas davantage des luttes à moitié
ou bien encore la liberté à moitié
Le Gabon donne du bonheur
Ecoutez chanter les oiseaux de la basse-cour.
Car le Gabon n’est pas moitié beauté et moitié laideur
Pas davantage une moitié de tendresse
Ou bien encore une moitié de liberté
Ecoutez chanter les oiseaux de la basse-cour.

En cours de traitement…

 

8. Akewa

Winó no tata
Winó no mama
Mong’arwani myè vèï
Akewa

Winó no tóndo
Winó no numbo
Monge bala myè g’emènó
Akewa
N’awè è è, awè kè
Akewa, akewa

Winó no ngozo, ngozo oyembo olonga
Nkavi ye nuga myè emènó
Akewa
Winó n’elege, ngw’elègè
Kawo ayè ge we panda myè inomba
Akewa
N’awè è è, awè kè
Akewa, akewa

Winó no gnele, elwano z’ayela
Elumbe gnele e duano n’ayela
Akewa
Winó n’igómbó we !
Ikókó idjenge
Igómbó arèka, avóme
Akewa
N’awè è è, awè kè
Akewa, akewa

Winó no ndyogolo
Winó no nkune
A ndyogolo, w’avère nkune waye !
Akewa
Nkune are n’irina,
Ndyogolo w’azele
A ndyogolo, w’avère nkune!
We dyona!
Akewa
N’awè è è, awè kè
Akewa, akewa

Winó n’edyonginyè, nwombi y’orèma
Nding nding nding!
O! ngwe! dyawo we …
Engongona, we kambina nde
E ! E !
Vó myè bya !
Akewa
N’awè è è, awè kè
Akewa, akewa

Awè ye tónda myè n’awè ye numba
My bugn’anwè awani
Akewa

Agnambiè ayè mamè n’amieni okero
W’agero yè go ntyugu nónga
Akewa akewa

Winó no tata
(Winó no tata !)
Winó no mama
(Winó no mama !)
Mong’arwani myè vèï
Akewa
Winó no tóndo
(Winó no tóndo !)
Winó no numbo
(Winó no numbo !)
Monge bala myè g’emènó
(Emènó !)
Akewa
N’awè è è, awè kè
Akewa, akewa
Winó n’edyonginyè
(Winó n’edyonginyè !)
Nwombi y’orèma
(Nwombi y’orèma !)
Nding nding nding
O! ngwe! dyawo we …
Engongona,
(Winó engongona!)
We kambina nde
(We kambina nde!)
E e e !
Vó myè bya !
Akewa
N’awè è è, awè kè
Akewa, akewa

Awè ye tónda myè n’awè ye numba
My bugn’anwè awani
Akewa

Agnambiè ayè mamè n’amieni okero
W’agero yè go ntyugu nónga
Akewa, Akewa, Akewa …

1. A toi mon père
A toi ma mère
Vous qui m’avez donné la vie
Je dis merci

A toi l’Amour
A toi la Haine
Vous qui me rendez régulièrement visite dans la vie
Je dis merci

Refrain : Et à toi aussi,
Toi aussi merci, merci

2. A toi le Perroquet
Qui m’apprit la toute première chanson
Pagaie qui me permet de ramer dans la vie
Je dis merci

A toi l’effraie
La mal aimée
Qui m’assistera à l’instant de mon dernier soupir
Je dis merci

3. A toi l’Antilope d’eau
Modèle d’une existence privée de liberté
Toi Nyielée qui m’apprit qu’une prison dorée est contraire à la dignité,
Je dis merci

A toi le crabe
Aux pinces multipliées
Toi Igombo qui m’apprit que sans randonnée, point d’embonpoint,
Je dis merci

4. Tantôt Nenufar
Tantôt souchet à papier
A Dyogolo le Nénufar je dis :
 » Ne te prends pas pour le souchet à papier »
Mais voilà Nénufar part dans un éclat de rire
Je dis merci

Le souchet à papier a des racines
Le Nénufar n’a pas de racines
 » Malheureux Nénufar tu e dois donc jamais passer pour un souchet à papier ! »
Comprenne qui veut :
Je dis merci

5. A toi Edyoginye la Mémoire
Cette harpe qui pince les cordes dans mon coeur
Nti-nti-nti
Voilà que hier me revient avec nostalgie

A toi Engongona la télépathie
Qui soudain avec la voix de l’autre
Me parle du grand voyage :
Patience, patience j’arrive !
Je dis merci

Refrain :

6. Dieu le père
Il est pur esprit
Il est la pureté même – sans tâche
Je dis merci

Toi le corps
Tu es semblable à un linge blanc
Tu ne saurais maintenir ton éclat sans lavage
Lave-moi ô Dieu mon père
Je dis merci

7. A toi qui m’aimes
A toi qui me détestes
A tous deux je dis merci
Merci, Merci
Dieu Lui-même est Maître du partage, et ce,
Depuis le premier jour
Merci, merci

En cours de traitement…

 

9. Eleke

1. Elekè è è Afrika yè!
Elekè elekyè
Wu waye
Zo nè liberté,
Nyon’inyo wa yè (bis)
Oyangayanga we re omo,
A ze nyon’onwango dy’onero.

Refrain : Liberté ! awu
Elekè elekè wé
Dyo n’oyembo
Dyemba wo ntyugu du wè

2. Elekè è è Afrika yè!
Elekè elekyè!
Zo ne liberté
Nyon’inyo wa yè,
Elekè è è Afrika yè!
Elekè elekyè!
Wuno wa ye
Zo ne liberté nyon’inyo wa yè,
Oyangayanga we re omo,
A ze nyon’onwango dy’onero.
Liberté !
Ogoni w’orema,
Yega, yega nyo.

3. Oyangayanga we re omo
Aze onyanto dy’onome.
Liberté! Liberté!
Dyo oyembo yemba wo ntyugu du wè,
Elèkè !
Ivanga ny ntye
Monda y’orèma
Elèkè ! Elèkè !
Nwombi y’orèma,
Monda y’orèma

En cours de traitement…

En cours de traitement…

 

10. Nwo Nwombi

Ref :
Nwo nwombi ye ! kongo g’onduma !
Nwo nwombi ye ! kongo g’onduma, nwombi !

Nwo nwombi ye ! nwo nwombi ye !
Kongo g’onduma
Nwombi yó no nkavi yó
kongo g’onduma !
Nkavi yó n’ogolo wó
Yo no ye nuga n’awè emèno
Ref : Nwo nwombi ye, kongo g’onduma
Nwo nwombi ye, kongo g’onduma nwombi !

Nwo nwombi ye, nwo nwombi ye
Nwombi yó n’ogolo wó
V’abeku ger’intyo epa abeko ger’intyo
Intyo are re bónge nkoma
Kongo g’onduma nwombi !
Dyo ! dyo ! dyo ! …
Ref : Nwo nwombi ye, kongo g’onduma
Nwo nwombi ye, kongo g’onduma nwombi !

Nwo nwombi ye, nwo nwombi ye
Nwo nwombi vó sambo intyo
Sambo intyo ne sória orema
Orema akamba baku-baku !
Kongo g’onduma nwombi !
Dyo ! dyo ! dyo ! …
Ref : Nwo nwombi ye, kongo g’onduma
Nwo nwombi ye, kongo g’onduma nwombi !

Ta cithare, c’est ta pagaie
Ta pagaie, c’est ton pied
kongo g’onduma, nwombi
Résonne tel un son percutant qui te tient éveillé
Ma petite cithare !
C’est avec laquelle tu pagaies la vie

Ta cithare, c’est ton pied
Qui donne toute confiance à l’œil
L’œil à qui rien n’échappe
Ma petite cithare, ma petite cithare
Ma petite cithare est donc un œil
C’est doc l’œil qui tente le cœur
Jusqu’à ce que le cœur se mette à parler
Distinctement et sans retenue
Ma cithare résonne tel un son percutant qui te tient éveillé

En cours de traitement…

 

11. Double Distance

Eliwa we !
Ongwe Eliwa wé
Eliwa we Eliwa we oo

La Liberté
Ongwe, la Liberté sur double distance
La Liberté ! la Liberté
G’Eliwa hm !

Dubu-dubu- dubu bang !
C’ mis à part, ça va! (4 fois)

Ogowe we
Ongwe ongwe we
Ogowe we ogowe we, ogowe oh

La Liberté
Ongwe, la Liberté sur double distance
La liberté ! la Liberté !
G’Ogowe hm !

Dubu-dubu-dubu-bang
C’mis à part, ça va ! (4 fois)
Chez nous la double distance :
vrais-fau frères et exclusion
– violence et contre violence ;
– avec un micro on vous coupe, avec un revolver on vous écoute coûte que coûte
Mais à part ça

Africa eee !
ongwe Africa eee ! Il bis
Africa eee Africa oooo

La liberté
Ongwe la Liberté sur double distance
La Liberté ! la Liberté
G’africa hm !

Dubu-dubu-dubu – bang !
C’mis à part, ça va ! (4 fois)
Chez nous la double distance :
– Vrais-faux riches et pauvreté
– l’Aide et maintenant Maintenance et Dette;
– Mais la double distance peut-être Libération et réconciliation peut-être.
– Sur la double distance ça va.

En cours de traitement…

 

12. Ewulupupa

Beauté ! Beauté! Oh beauté! Hm ! Hum!
Beauté ! Beauté! Oh beauté! Hm ! Hum!
Salalo ! Salalo !

Ma Maladalité d’africain commence avec père
Qui a vu Ewulupupa chasseur émérite
Au cours d’une partie de chasse il blessa une truie qu’il avait d’abord
d’ailleurs prise pour un verrat
Il poursuivit l’animal à la trace, s’engouffra après lui dans un arbre mort,
Au de-là de l’arbre Ewulupupa se retrouva dans une cité de lumières
A Awirondjogo le séjour des génies, des dieux;
Les dieux aiment les louanges, c’est ce que père m’a dit;
Aussi l’univers Awirondjogo n’était-il que musique et chanson.

Maladalité ngwè! Maladalité ngwè!
Maladalité kwe a te ngè na ngè (Bis)

Les dieux ils étaient tous beaux mais pas tous égaux
Car les uns étaient beaux et les autres plus beaux
Les uns étaient adorables, et les autres plus adorables
Les uns étaient irritables, les autres plus irritables
Les uns étaient petits, les autres plus petits
Les uns étaient grands, les autres plus grands
Les uns étaient gros, les autres plus gros
Cheveux longs, longs, longs
Oreille féminine, Sexy-forme;
Œil masculin, pénétrant;
Nez aquilin, fin ;
Bouche parole d’eau vertu fécondante:
Cou long roseau;
Rien à revoir dans les ateliers secours divin et compagnie;
Les seins fruits verts;
Les mains force actante,
Le tronc en entonnoir
Enfin au de-là du nombril et de la taille tout le reste était queue de poisson
Beauté ! beauté ! beauté !
Beauté! beauté oh ngwè oh beauté!
Devant tant de beauté Ewulupupa ne pouvait que respecter la vie
Honteux il retira sa sagaie de l’animal blessé, du génie.

Cette prise de conscience du respect de la vie lui valut de la part des dieux,
Deux récompenses, deux boîtes en forme de cylindre,
L’une représentant le pouvoir politique, l’autre la fécondité,
Ewulupupa remercia, prit congé des dieux,
Puis soudain comme par enchantement,
Se retrouva au milieu des siens, les africains,
Que faire du pouvoir politique?
Nul ne peut être roi tout seul,
On ne peut régner qu’avec et sur ses semblables,
Mais personne ne voulut se plier à l’autorité d’Ewulupupa roi,
Aussi Ewulupupa se replia-t-il sur sa fécondité,
elle lui donna une nombreuse progéniture qui essaima à travers les siècles
et jusqu’à nos jours la descendance Ngoyi qui donna son nom à l’actuel
pays Ngoyi situé quelque part en Afrique sud saharienne,
Limité au nord par l’aide et la dette,
Au sud par la famine et les guerres tribales,
A l’est un gouvernement de transition,
A l’ouest des champs pétrolifères et des troupes d’occupation.

En cours de traitement…

 

1 réflexion au sujet de «  »

  1. Très belle initiative, Le mythe Ewulupupa est très important dans la compréhension du concept de liberté tant chercher en Afrique et dans mon pays en particulier le Gabon.

    Répondre

Laisser un commentaire

12 + un =