Catalogue des albums / singles

Nkere2

Nkéré

AnnéeTitre de l’album 
1972Ghalo Ghalo
1974Nkéré
1974Nandipo
1975Likwala
1976Afrika Obota
1976Ndandaye
1977Ewawa
1978Olando
1978Eseringila
1978Afrika Salalo
1979Elowè
1979Owèndè
1980Mengo
    –Ndjuke
1981Isamu y’apili
1982Awana w’Afrika
1983Mando
1984Réveil de l’Afrique
1986Sarraounia
1986Piroguier
1986Ka’ bo
1987Passé composé
1988Espoir à Soweto
1989Quête de la liberté
1990Silence
1993Lambarena Bach to Africa
1995Maladalité
1996Carrefour Rio
2000Obakadences
2004Ekunda-Sah
2005Mandji 2005
2006Gorée
2008Vérités d’Afrique
2010Mondjo
2010Mandji Ebwé
2011Dyawo
2013Destinée
2016Libérée la liberté
2017Gabon, éveil de la conscience patriotique
2018Gabon libéré
2018La couleur de l’Afrique

1. Nkéré

Ndo n’idava okili wó
Nkéré é Nkéré é
O ! ndo n’arung’okili wó
Rèti Nkéré my’aróndi wè

Ndo no nègini yó
Nkéré é Nkéré é
Okuwa myè dyóge mbyambye
Ga nte dyóg’orèma

Gnóngó mo kè y’azimbi wè
G’édwano myè g’Afang’idyuwa
Na gna nènó, o ! ngwé !
Aria ariéni we o ! ngwé !

Ntsugu agèndi ni Nkéré
Ntsugu agèndi ni Nkéré
Nkumb’antsóni go ntono
Go daginaré Nkéré we
Nkéré hin hin hin !

Ntsugu agèndi ni Nkéré
Ntsugu agèndi ni Nkéré
Nkumb’antsóni go ntono
Go daginaré Nkéré we
Nkéré hin hin hin !

Ntsugu agèndi ni Nkéré
Ntsugu agèndi ni Nkéré
Nkumb’antsóni go ntono
Go pikilyaré Nkéré we
Nkéré é é é!

Ntsugu agèndi ni Nkéré
Ntsugu agèndi ni Nkéré
Nkumb’antsóni go ntono
Go daginaré Nkéré we
Nkéré hin hin hin !

O ! Ntsugu agèndi ni Nkéré
Ntsugu agèndi ni Nkéré
Nkumb’antsóni go ntono
Go daginaré Nkéré we
Nkéré é é é

Ntsugu agèndi ni Nkéré
Hum Hum Nkéré !
Ntsugu agèndi ni Nkéré
Kèndaga mbyambye
Nkumb’antsóni go ntono
Myè re kè mbyambye
Go daginaré Nkéré we
O ! ngwe ! Nkere we e !
Nkéré hin hin hin !

O ! Nkéré émènó azingo
O ! Nkéré émènó éyoli
Ngwe ! Nkéré ank’aguga
Wo ! wo ! Gnongo !
Hum ! Wo wo ouwo ! Ngómu ya wè !

Ntsugu agèndi ni Nkéré …

Qu’il est long ton chemin et que de méandres pour arriver jusqu’à toi
C’est dire combien je t’ai aimée

Qu’il est alerte, ton pas NKERE, beaucoup trop alerte NKERE
Pour ce corps qui ne sait pas nager aussi vite que le cœur

Une fois tu fis escale chez moi à Afangidyuwa (là où on joue -à cache – cache avec la Mort).
Ce fut l’unique fois; doute, incertitude!

Tu arrivas de l’autre côté de la rivière
Je planquai là ma canne à
Ma liberté à l’occidentale.

Puis ce fut comme le nénuphar
Et la rivière et la rivière
Et tu m’entraînes, tu me traînes
Mais je t’aime

Une fois tu fis escale chez moi à Afangidyuwa là où on joue
à cache – cache avec la mort.
Ce fut l’unique fois; doute, incertitude!

Le jour où NKERE s’en est allée (Bis)
Je pleurai si fort de chagrin que mes larmes coulèrent à flot sur ma poitrine
Et je crie sans cesse ton nom NKERE – la rivière. Nostalgie.

Nkéré est une romance dédiée à une « rivière » ou à une femme aimée où s’alternent des strophes écrites en Myénè et en français. Ainsi, en mêlant rêverie joyeuse, effervescence de la passion amoureuse et évocation d’une séparation douloureusement vécue, il se dégage une vision romantique et mélancolique qui donne au poème un caractère poignant et digne à la fois. Et malgré le chagrin infini né de cette rupture sentimentale, le poète éprouve une certaine sérénité à l’idée de savoir cette « rivière » partie en « paix ».

2. Ntȼe ngani

Ntché, aluo isè e dyógó omwèï
Nkombe sâ
Epoza o muwé sâ
Ningo, tap’aluo igamba ni nkombe
Ningo be kombiz’omwèï
Ningo yè, Ningo yayè

Ref:
Ntché ngani O !
Ekèwa we !
Ndo awè ningo
We ke poswa ga
G’ozo wi ntché
Eyandja gnambyè !

Ntché, akènda go sóz’ompavo
Akota go puge nago
Ô ! intcho n’oganga
Ningo
Olingo no nag’imana
Ningo
Abatam̂ini go mogine ntché
Ger’ompavo ngo ya mié

Ref:
Ntche ngani O !
Ekèwa we !
Ndo awè ningo
We ke poswa ga
G’ozo wi ntché
Eyandja-gnambyè !
Pan  Pan Pan Pan ! (3 fois)
ouh Pan Pan !
Pan Pan Pan Pan ! (3 fois)
Aouh Pan Pan !
Hum ! hum ! hum ! (4fois)

Ngu g’alwani ntche
E re to dwana baru
Ntche apandya ntche adyam̂a
Ntché go ntche izengue
E fange ningo !
Anivi ningo
Etok’eliwa, ntsuwa, ogowè, ado, awana, n’anto
Ekombana ni ntché gani ô !

Ref:
Ntché Ngani O !
Ekèwa we
Ndo awè ningo
We ke poswa ga
G’ozo wi ntché
Eyandja-gnambyè !
Pan Pan Pan Pan ouh ! (3 fois)
Ouh Pan Pan!
Pan Pan Pan Pan ouh ! (3 fois)
Aouh Pan Pan!
Hum ! hum! Hum ! (4fois)

La terre se prélassait paresseusement
Les rayons de soleil et le temps passaient
La pluie, peut-être avait-elle un différend avec le soleil,
La pluie s’est soudain mise à chasser le soleil
La pluie, la pluie
Et il tomba averse, et il tomba averse
Pauvre terre, pitié !

N’importe quoi !
La terre est allée couper de la paille,
S’est mise à couvrir un toit, vaut mieux prévenir
La pluie, à peine la maison couverte,
La pluie s’est abattue tout aussitôt faisant causette avec la paille
Pauvre terre, pitié !
Mais toi la pluie, pourquoi perds-tu donc la face en tombant ?

C’est comme cela que la terre n’a plus eu de repos
La terre monta et ce fut la montagne
La terre descendit sous terre et ce fut le terrain

Et c’est pour cela que la pluie creusa la lagune,
La mer, l’Ogouée, les rochers, les enfants ainsi que les femmes
Dans le but de poursuivre la terre d’autrui
Pauvre terre, pitié !
Et toi la pluie, pourquoi ? 

« Ntché ngani », qui signifie « pauvre terre », est un récit allégorique proposant une explication de la formation des étendues d’eau sur terre. La parabole s’ouvre sur la description de l’harmonie originelle régnant entre « Ntché » et « Nkombe » (l’Astre solaire). Cet équilibre sera perturbé par la venue de « Ningo » (la pluie) qui semblait avoir un contentieux à régler avec la Terre. Elle a alors violemment repoussé l’Astre solaire avant de déverser des pluies diluviennes sur la Terre qui s’étendait paisiblement sous les rayons du soleil, générant ainsi des torrents – au grand désespoir des hommes émus par le sort de cette dernière. La toute puissance de la Pluie est ici révélée par sa capacité à créer à la fois la mort et la vie.

1 réflexion au sujet de «  »

Laisser un commentaire

4 − 4 =